La taille de la vigne : une étape primordiale dans le cognac

La taille de la vigne : une étape primordiale dans le cognac

Dans les vignobles de cognac, la taille des sarments de vigne bat son plein. Cette étape est essentielle avant l’éclosion des premiers bourgeons. Là encore, c’est tout le savoir-faire du vigneron qui est requis.

Il ne faut pas être le premier venu pour tailler une vigne, car de ce procédé mécanique et obligatoire dépendent la quantité et la qualité du raisin vendangé, donc la qualité de l’eau de vie de cognac. Depuis les années 1960, le vignoble traditionnel en vignes basses et étroites s’est transformé en vignes hautes et larges, ce qui a permis de limiter les dégâts dugel. Par ailleurs, les rangs de vignes plus larges ont facilité la mécanisation et diminué les coûts de production. La taille de la vigne a donc dû être adaptée pour conserver un rendement suffisant. Et celle-ci continue d’être pratiquée à la main.

Pourquoi tailler ?

La vigne est une liane forestière qui a tendance à s’allonger indéfiniment et qu’il est obligatoire de tailler, ne serait-ce que pour pouvoir circuler entre les rangs de vigne. Sans être taillée, une vigne produirait de nombreux raisins, mais petits et acides, qui n’auraient aucun intérêt pour produire du vin de qualité. Tailler la vigne, c’est donc assurer une bonne récolte de raisins et la pérennité du pied de vigne. La taille permet ainsi d’établir le pied de vigne, de réguler le nombre et le volume des grappes de raisin à venir, ainsi que de limiter le nombre de bourgeons, pour obtenir des raisins équilibrés. Ainsi, la taille n’est pas la même selon le vin attendu, le climat et le terroir où elle pousse.

Comment tailler ?

Si la taille de la vigne est obligatoire tous les ans, tous les modes de taille sont autorisés pour le cognac. La taille traditionnelle est la Guyot double attachée en arcure ou à plat. On conserve de chaque côté du cep de vigne un long bois de 8 à 10 bourgeons, et éventuellement un courson de deux yeux. Les longs bois sont attachés en arcure sur deux fils ou à plat sur un fil. On parvient ainsi à laisser une charge d’environ 60 000 yeux par hectare, sachant que le nombre d’yeux francs à l’hectare est limité à 80 000. 
Certains procèdent aussi avec une taille courtes en cordons, qui ont l’inconvénient de faire vieillir plus rapidement les ceps. On peut ainsi trouver des cordons bas palissés et des cordons hauts non palissés.
Chaque année le pré-taillage peut ainsi être appliqué sur la partie de l’exploitation taillée en coursons.

Quand tailler ?

En théorie, la taille peut commencer dès que les feuilles sont tombées, à partir du mois de novembre, mais une taille précoce expose aux risques de gelées. Plus la vigne est taillée tôt, plus son cycle végétatif sera précoce, plus les bourgeons écloront tôt et risqueront de pâtir du gel. Les gelées étant fréquentes au début du printemps, il importe de retarder au maximum la taille, afin que les bourgeons éclosent plus tard, lorsque les températures plus chaudes limiteront le risque de gelée. Mais il ne faut pas tailler trop tard, et lorsque les premiers bourgeons sont déjà éclos, car cela entraînerait une perte de rendement et une diminution de la production de bois, une partie de la sève montante étant alors perdue dans la partie des sarments taillés.

Une fois de plus, pour obtenir un bon cognac, tout est question de mesure et de savoir-faire !

Thomas & Alexandre

Suivez-nous

Vous souhaitez être au courant de toutes nos actualités et regarder grandir nos pieds de vigne de Cognac ?

Ce contenu n’est accessible qu’aux membres du site. Si vous êtes inscrit, veuillez vous connecter. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
   
Nouvel utilisateur ?
*Champ requis
Étiqueté , , , ,
fr Français
mlc-logo-v2-colorl

Accès Membres CLub XLII MY LITTLE COGNAC

S'identifier !

Inscrivez-vous à notre newsletter et sublimez vos soirées avec des recettes de cocktails haut de gamme au Cognac !